BE     Bulletin Economique Accueil
        
  
Informations régionales
   
 La fibre optique fait son entrée à Rouen 
 
Plus de débit, plus d’usages

La fibre optique fait son entrée à Rouen. Un très haut débit qui permet de multiplier les usages, ludiques ou professionnels.
Quelques semaines après Le Havre, c’est au tour de Rouen d’accueillir le déploiement d’un réseau de fibre optique. À l’automne 2011, les habitants des quartiers Saint-Sever, Saint-Clément, de l’île Lacroix et du Centre-ville Rive-Droite seront équipés. 80% de la population rouennaise sera couverte d’ici cinq ans et la totalité à horizon 2020, selon les engagements d’Orange, qui promet également un minimum de travaux pour la réalisation de son réseau. Évreux devrait être la prochaine ville de Haute-Normandie à recevoir la visite des équipes de l’opérateur.
Orange prend en charge intégralement les coûts d’installation, comme il l’a déjà fait pour une vingtaine de villes en France. En 2012, quarante villes seront équipées, et 170 en 2015, dans tous les départements métropolitains. Après avoir couvert le territoire avec le haut débit, c’est donc un nouveau chapitre qui s’ouvre, celui du très haut débit. « Les usages sont en train d’exploser », constate Bruno Janet, qui dirige les relations du groupe avec les collectivités locales. « Il suffit de penser à la montée en puissance de la télévision en 3D, qui devrait culminer l’an prochain avec les Jeux Olympiques de Londres. La demande de débit est de plus en plus importante, pas seulement pour recevoir, mais aussi pour émettre des données. Avec la fibre, on passe d’une autoroute à deux voies à une autoroute à dix voies, où la vitesse n’est pas limitée ».

Partenariats

Avec des débits jusqu’à dix fois plus rapides que l’ADSL (comme tout se démode vite dans le monde des TIC…), les possibilités d’utilisation sont nombreuses. La fibre, ce n’est pas seulement tchater sur Facebook ou regarder un match de foot en 3D. Elle permet l’apparition d’une vraie domotique. Le système de chauffage et les appareils électroménagers pourront être reliés au réseau et pilotables à distance.
D’autres usages sont encore possibles : « J’espère que la fibre donnera l’impulsion à des applications innovantes dans la santé ou l’enseignement à distance, mais aussi le télétravail, la vidéoconférence, la prise en charge du vieillissement de la population », déclare le maire de Rouen Valérie Fourneyron, qui affirme également que « la CREA investira les moyens nécessaires pour que ses zones d’activités soient équipées rapidement ».
Si cette révolution technologique a connu quelques hoquets, après un démarrage en fanfare en 2008 et un coup d’arrêt en 2009, les choses sont aujourd’hui rentrées dans l’ordre. « La stratégie “fibre” de France-Télécom repose sur l’appétence des clients, la maîtrise de l’ingénierie et une réglementation adaptée », poursuit Bruno Jamet. « Nous constatons que les trois domaines sont matures ».
Orange va investir deux milliards d’euros en France pour déployer la fibre dans les zones « denses et très denses », telles que définies par l’Autorité de Régulation. Pour les zones moins denses, des ententes devront se nouer avec les collectivités locales afin que la fibre ne devienne pas un nouvel avatar de la fracture numérique. Bruno Janet a d’ailleurs profité de sa venue à Rouen pour rendre une visite au président du Conseil général Didier Marie. « La couverture totale de la France coûte 30 milliards. Nous ne pouvons pas le faire seuls, et les autres opérateurs non plus », explique-t-il. Le Grand Emprunt devrait contribuer au financement de ces opérations.
Le partenariat est donc à l’ordre du jour, d’autant plus qu’Orange avance à visage découvert. « La fibre est ouverte à la concurrence », précise la directrice régionale Nathalie Deshayes. « Si un immeuble est équipé par Orange, un habitant pourra choisir tout aussi bien un autre opérateur si celui-ci est présent à Rouen ».
France-Télécom ne semble pas craindre que la hausse de la TVA ait un effet négatif sur la clientèle. « Les tarifs français demeurent extrêmement bas », constate Bruno Janet.

FC